Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » Scandale Monusco en RDC : Le tourisme militaire et l’ivresse des casques bleus à Beni

Scandale Monusco en RDC : Le tourisme militaire et l’ivresse des casques bleus à Beni

Ça ne peut que donner ça lorsque les Casques Bleus de la plus grande mission militaire de l’ONU sont en tourisme militaire dans une région où la population est enfermée depuis 4 ans dans une boucherie humaine. Rien que des caisses et canettes des boissons alcoolisées dans un véhicule militaire blindé et accidenté pendant la patrouille de reconnaissance dans la ville meurtrie de Beni. Tout porte à croire que l’ivresse est la cause de cet accident pendant que nous pleurons les nôtres calcinés au Bas-Congo dans un autre accident de circulation. Si seulement si on pouvait choisir qui mourir entre les humains nôtre prière serait que ces touristes militaires meurent en masse à la place de nos compatriotes au lieu qu’ils continuent à tromper l’opinion qu’ils sont au Congo pour protéger la population alors qu’ils sont en tourisme militaire,se moquant de nous. D’après tout, c’est normale de se détendre avec l’alcool lorsqu’on est en tourisme !

Les FARDC, à travers leur patron, le ministre de la défense, ont eu le courage d’accepter publiquement qu’elles sont « débordées » par la situation dans cette région. Quant à la MUNUSCO,on n’a pas besoin de son aveux d’échec qui se constante, entre-autres, par une telle attitude des contingents qui sont ,pourtant, dans une zone opérationnelle, où l’ennemi attaque à tout moment ,faisant même des victimes parmi ces militaires onusiens. Chose étonnante, ce n’est que lorsque les forces de résistance interviennent pour défendre la population qu’ils sortent de leur ivresse pour montrer les biceps,aux côtés des FARDC. Là,on se débarrasse de la bière et du Whisky ( à Gogo dans les blindés et campements) pour mettre en oeuvre les hélicoptères de combat et artilleries lourdes pour « écraser » les citoyens congolais qui se prennent en charge. Mais devant les soi-disant «ADF» et autres qui terrorisent la population rien n’est fait. Les deux forces inutiles (FARDC et MONUSCO) ne font que récolter leurs morts et comptabiliser les morts des civils. On dirait que leurs missions dans ce pays se résument en décompte macabre et freinage de tout élan patriotique de résistance et/ou autodéfense.

Franchement, Joseph Kabila aurait eu raison sur la question de retrait définitif de cette force des Nations-Unis s’il était lui-même un président légitime et légal et s’il ne voulait pas se dépasser d’un témoin gênant face à sa folie dictatoriale. Mon point de vue par rapport à cette question est que le Conseil de sécurité redéfinisse le mandat de la MONUSCO afin de l’orienter vers l’organisation des élections libres, transparentes et inclusives au 23 décembre ou après (mais sans Kabila), et non plus le « maintien de la paix » car elle a montrée suffisamment ses limites. C’est au prochain président légitime et légal d’assurer la sécurité de la population et défendre le pays. Que ces casques bleus se désengagent donc de leurs positions au Kivu et aller se concentrer plus à Kinshasa pour sécuriser les candidats, garantir la sécurité des manifestants et les droits civils et libertés, créer les conditions du retour des exilés politiques et sécuriser les bureaux des votes à travers le pays. Bref,faire la police des élections. C’est plus rationnel,moins spectaculaire et moins coûteux que le ± 1,5 milliard de dollars dépensés inutilement chaque année pour cette mission, et cela depuis plus d’une décennie pour presque aucun résultat.  » PESA ZA MUNYAMA »,comme on dit chez-nous. L’argent de la « bête » ne peut apporter que malheur !

Sé Marcelin CIKWANINE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*