Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » Une grosse farce en RDC : C’est le cas de le dire pour la délégation du Conseil de Sécurité des Nations-Unies au Congo depuis le 05 octobre 2018 !
Des membres du conseil de sécurité des Nations unies devant la presse après une audience avec le Président Joseph Kabila à Kinshasa, le 12/11/2016. Radio Okapi/Ph. Joh Bompengo

Une grosse farce en RDC : C’est le cas de le dire pour la délégation du Conseil de Sécurité des Nations-Unies au Congo depuis le 05 octobre 2018 !

● Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU étaient en voyage de santé à Kinshasa du 5 au 7 octobre 2018. À tout prendre il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

● Devoir de mémoire (ou une parenthèse rapide ?)

● L’ONU est au Congo pour tous ceux-là qui ne le savent pas depuis 1960 juste après l’indépendance et pour la première fois dans son histoire. Et la deuxième fois, elle y est revenue à nouveau à la suite de la résolution du Conseil de sécurité des Nations-Unies, numéro 1279 du 3o novembre 1999. Quel est l’état du travail de l’ONU au Congo ?

● Les résultats de deux fois de la présence de l’ONU au Congo sont loin d’être sérieux à tous égards.

● Bref, aujourd’hui, la fameuse délégation de l’ONU qui était venue pour se rendre compte de l’état de l’avancement des travaux préparatifs des élections du 23 décembre 2018. Rentre donc à New-York comme elle était venue au Congo.

● Après son travail, voici son discours nébuleux :

●《(…) Il faudra un concesus le plus large possible sur les machines à voter》, recommande-t-elle à Kabila (sic) et à l’opposition (sic) !

● L’ONU est loin de résoudre le problème politique au Congo. Elle protège confortablement Kabila dans sa dictature au Congo. Car, elle ne tient même pas compte des desiderata tous fondés de l’opposition et relatifs aux élections du 23 décembre 2018 : (1) les machines à voter ne sont pas prévues dans la loi et donc ne peuvent pas être utilisées lors de votes.

● (2) il n’y a pas eu de la descripation car les prisonniers politiques fantaisistement arrêtés par Kabila ne sont pas relâchés.

(3) le fichier électoral est bourré de plus de : 10 000 000 d’électeurs sans empreintes ! Des fictifs !

● Et, pour toute réplique, Néhémie Mwilanya, le fameux directeur de cabinet de Kabila sur le compte de FCC ou parti unique de la kabilie :

●《Répond avec arrogance stérile que l’opposition n’est pas prête de jouer le jeu (sic) !》Pouf ! C’est lequel au juste ?

● Le jeu de la fraude et tricherie non avoué par Kabila mais dégagé pourtant en des termes polis par l’Oif et les experts de l’audit Britanniques qui ont examiné les manigances de Nangaa à la solde de Kabila au sein de la Ceni !

● Ainsi vu, lu et palpé ! Comment le Conseil de sécurité des Nations-Unies peut-il arriver à la conclusion folklorique comme à celle qu’il est arrivé de demander un : « consensus entre Kabila et l’opposition ? »

● À dire vrai, le consensus n’est pas là où, il y a une mauvaise volonté et volonté de la ruse perceptible dans le chef de Kabila !

● Or, c’est ce qui caractérise hélas Kabila et son entourage, au Congo, à l’oeil nu ! Kabila voudrait tricher aux élections. Et c’est dans sa nature. Il a triché en 2006 et 2011.

● Le Conseil de sécurité des Nations-Unies en mission au Congo a manqué le courage de condamner Kabila en des termes plus on ne peut plus clairs et nets sur le manque de volonté réelle de Kabila à planter déjà les éléments des élections transparentes et apaisées tant souhaitées par tous ! Le Conseil de sécurité des Nations-Unies joue l’hypocrisie patente.

● Les Congolais placent un peu trop leurs attentes et fausses espérances en l’ONU pour rien. Ils sont allés au Congo à l’instar des agents de l’industrie du tourisme et ainsi pour endormir les masses de Congolais. À ce titre, nombreux leaders du monde, ont déjà dénoncé l’ONU en son temps !

● Tenez !

● Toujours au sujet du Congo. Hier, le général Charles-De-Gaulle, en France, le 4 février 1965 parlant de l’ONU qualifiait, de cette organisation de《machin qu’on appelle l’ONU (sic).》Que du mépris à l’égard de l’ONU !

● Et aujourd’hui, encore, M. Trump aux États-Unis d’Amérique dit du haut de la tribune de l’ONU, 《qu’il y a trop des dépenses de fonds, qu’il n’y a pas de résultats de travail de l’ONU sur le terrain (sic) !》

● Ce fut du haut de la tribune de l’ONU à New-York le 24 septembre 2018 dernier.

● Autrement dit, le général De Gaulle en France et puis M. Trump aux États-Unis d’Amérique tous deux ne trouvent : pas l’importance ou l’utilité, de l’ONU dans le monde.

● Dans quel contexte Charles-De-Gaulle prononça-t-il cette phraséologie politique pleine de circonlocution ?

● Historiquement, le contexte, fut pour dénoncer l’ONU, qui par son SG, Dag Hammarskjold, à l’époque : est intervenu au Congo, après l’indépendance le 30 juin 1960 : sans la résolution du Conseil de sécurité des Nations-Unies. Mais, par sa volonté seul, avec l’assemblée générale.

● Bref, est-ce que les deux chefs d’État l’un au siècle passé et l’autre du siècle actuel ont-ils tort de disqualifier l’ONU ?

● À chacun sa réponse ! Quant à moi, l’ONU est trop complaisante au Congo, par exemple, dans son travail. Elle s’arrange du côté du pouvoir.

● Elle encourage la dictature de la kabilie insidieusement. Et elle tombe facilement et allègrement dans les mensonges. Peut-on enfin savoir l’intérêt de l’ONU dans tout ça ? Elle cherche sa survie. Et c’est tout.

●《L’ONU serait donc une industrie pas de problèmes et donc pas de vie pour elle (sic) !…》Il faut donc entretenir les problèmes dans le monde et ainsi sa vie se continu. Et est assurée !

● Car, non seulement que Kabila massacre les populations au Congo, voir les différents rapports de l’amnistie internationale, et puis du conseil des droits de l’homme, à Genève !

● Mais, le Conseil de sécurité des Nations-Unies de l’ONU n’en a fait pas assez pour mettre Kabila et ses scouts hors d’état de nuire au Congo.

● Bien au contraire, il laisse pourrir, la situation, et d’autres de ses membres, sur le terrain, se sont hélas transformés en trafiquants de minerais du Congo (Beni, Nord et Sud-Kivu, Kasai. Etc.)

● Les Congolais doivent s’assumer pour en finir avec Kabila. Les temps passent !

● Sinon son scénario pour se cramponer au pouvoir est double dans les moments avec sa marionnette Shadary !

● Soit il organise des élections mais pour des résultats bidons est la marionnette Shadary sera proclamé comme etant le Président de la République !

● Soit le mercenaire (lisez Kabila) crée de troubles et ainsi il déclare l’état d’urgence sur l’ensemble du pays et il se maintient par défi au pouvoir malicieusement.

● Qui dira qu’il n’a pas été informé ?

Albert

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*