Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » Le memo de Erick Bukula : Non Mr Macron, cette guerre francophone de la France n’est pas mienne.

Le memo de Erick Bukula : Non Mr Macron, cette guerre francophone de la France n’est pas mienne.

President Emmanuel Macron a yebi ko flatter les africains en tout cas. Dans son discours d’ouverture au XVIIè sommet de l’OIF il parle du français comme « notre langue ».

Il demande aux chefs d’Etat Africains de se battre pour « notre langue ». De lutter pour l’expansion de  » notre langue ». D’oeuvrer pour la vulgarisation de « notre langue ». Et de nos dirigeants africains d’applaudire!!!

Il affirme que se battre pour la langue française revient à se battre pour le pluri-linguisme 😳😳😳. En quoi imposer une langue à tous favorise le pluri-linguisme? Paradoxal n’est-ce pas? Pluri-linguisme ce sera quand lui aussi Macron se battra pour la vulgarisation du Kikongo et du Tshiluba jusque dans les villages reculés de la Normandie. Chose que je ne le vois pas faire ce siècle ni le siècle prochain.

Comme si nous imposer le français ne suffisait pas, ils veulent maintenant que nous nous battions pour leur langue natale. Un peu comme quand mes grands parents se sont battus pour defendre la France et la Belgique pendant la deuxième guerre mondiale. Puis se sont fait massacrer par l’armée d’Hitler sans indemnités pour leurs familles.

Tout comme le fait Macron aujourd’hui, à mes ailleux on avait juré que c’était aussi la guerre de l’Afrique. Seulement, après la victoire des Alliés la colonisation s’est même intensifiée car il fallait trouver de quoi reconstruire l’Europe.

Mes parents ont dû se confronter à la revoltante réalité qu’après s’être battus pour la France et la Belgique il restait toujours leur propre bataille à mener….contre la France et la Belgique.

Faut se le dire, la Francophonie n’est pas une structure qui vise à promouvoir des valeurs communes. Preuve : Alors qu’en France la démocratie et le droit de l’homme sont valeurs, dans la plupart des pays africains de l’OIF on piétine les constituions et bafoue les droits de l’homme. Ne cherchez pas loin, prenez simplement l’exemple du plus grand pays francophone d’Afrique : Ma trés chère RDC.

La Francophonie n’a pas comme objectif le developement économique de ses membres (Á l’instar du Commonwealth). Preuve : Les pays de l’Afrique francophone restent les plus pauvres du continent.

La Francophonie n’est même pas une clique des pays qui parlent la langue française et veulent la promouvoir. Preuve : Une figure du régime de Kigali va être désignée (Je dis bien désignée) Sécretaire générale de l’OIF. Et pourtant, les actuels dirigeants de ce pays, le Rwanda, ont réjété le français au profit de l’Anglais.

Peu importe pour la France de Macron qui impose la rwandaise, aussi longtemps que le Rwanda leur permettra d’affermir leur controle sur l’Afrique.

Et voilà donc le vrai rôle de la Francophonie. Permettre à la France de conserver son statut de grande puissance en servant de rempart contre l’expansion de l’influence du Commonwealth qui s’appuie sur l’anglais et de la Chine qui impose au pasage son mandarin.

Comme lors de la deuxième guerre mondiale c’est une guerre entre grandes puissances pour le contrôle de la planète. Une geurre à laquelle on assiste même au sein de la dite francophonie, entre la France et le Canada.

La Francophonie n’est qu’un levier politique au service de la France; qu’elle brandit face aux américains, anglais, allémands et chinois.

Une Francophonie forte n’engendrera qu’une France forte. Une France capable de mieux se faire entendre face aux puissants et mieux mater ses « vassaux » africains.🤔

Les jeunes de notre génération ne devraient donc pas se laisser distaire par ce genre de discours flatteur. Ne menons pas le combat de la France et la Belgique. Menons le combat de l’Afrique.

Sur le plan international, notre lutte devrait être pour l’émergence d’une Afrique unie et forte qui s’imposera au niveau mondial comme l’Asie et l’Europe. Sur le plan des valeurs notre lutte devrait être de mettre hors d’état de nuire nos dirigeants dictateurs et miyibicrates qui infestent notre société avec la corruption et autres anti-valeurs

Sur le plan culturel notre lutte devrait être d’oeuvrer pour que je ne sois plus obligé d’ecrire en français pour mieux passer mon message comme je le fait maintenant, mais plutôt en Tshiluba ou Kisonge.

Comprenez moi bien, j’aime la langue française! Tout comme l’anglais d’ailleurs. Ce sont des langues bien structurées et qui permettent aux différentes nations du monde, y compris les congolais, de mieux communiquer entre elles.

Seulement, que ce soit clair : Je ne me battrai jamais pour l’expansion du Français. Pourquoi? Simplement parce que le rôle que joue le français aujourd’hui à l’echelle internationale peut aussi bien être rempli par le swahili ou le lingala. Ces deux là sont mes langues natales. Chapeau bas à mes frères et soeurs tanzaniens.

En passant, quand mr Macron propose la publication des dictionnaires bilingues français – langues locales c’est justement pour mieux faire connaitre aux africains la langue de Molière. Rassurez vous, ces dictionnaires ne seront pas vendus ni achétés à grande echelle en France ou en Belgique. Ils seront commercialisés d’abord et surtout aux africains.

Mr Macron et ses prédecesseurs ont pu convaincre ou forcer nos parents à se battre pour eux mais ils ne pourront pas nous duper. No, Colonel Macron, this isn’t my war. Nous sommes la Génération Alternance.

Où sont nos dirigeants Africains pour déclarer ces vérités en face de Macron? Eish! Je ne veux pas penser à quoi ressemblera le discours de Bruno Tshibala car au lieu de parler au nom de toute une génération, il parlera sous impulsion de …

Sans outrage

Erick Bukula

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*