Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » Alerte : Les Machines à voter refusées en Argentine, ont été achetées par la Ceni RDC (cad Nangaa), stockées au Nigéria et enfin acheminées en RDC en catimini

Alerte : Les Machines à voter refusées en Argentine, ont été achetées par la Ceni RDC (cad Nangaa), stockées au Nigéria et enfin acheminées en RDC en catimini

L’histoire de la Machine à voter pour les élections du 23 décembre 2018 en RDC reste toujours floue jusqu’aujourd’hui, parce que le public ne voit pas clair. La Ceni avait annoncé d’acheter 106.000 machines pour les élections, mais nous sommes à deux mois des élections, et la Ceni a seulement receptionné 20.000 machines. Le président de la Ceni, Corneille Nangaa avait montré au public il y a trois semaines l’arrivée de 20 conteneurs au port de Matadi dans le Kongo Central avec 180 pièces par conteneurs, ce qui totalise seulement 3600 machines à voter.  Il a confirmé à la presse qu’il y avait aussi cette arrivée aux ports de Dar es Salaam et Mombasa pour l’est du pays et enfin annoncé qu’il y aura l’arrivée de 20 conteneurs chaque semaine avec le même nombre et contenu chaque semaine dans les trois ports cités. Malheureusement jusqu’aujourd’hui aucun autre bateau n’a été signalé accoster dans ces trois ports cités avec les machines à voter.

Le peuple congolais et le public se demandent finalement à quoi joue le président de la Ceni, est-il en train de mentir ou il y a des opérations qui se passent à l’insu du public ?

Nous avons signalé au mois de juillet qu’il y avait un deal qui s’arrangeait entre la société qui livre les machines à voter, Miru Systems et la Ceni RDC, cherchant à récupérer les machines à voter que la société Miru Systems avait vendu à l’Argentine pour les élections, parce que en 2016, le gouvernement argentin avait présenté un ambitieux projet de réforme électorale, et le président de centre-droit tout juste élu, Mauricio Macri, avait affirmé vouloir simplifier, moderniser et rendre plus transparent le système politique. Parmi les changements envisagés il y avait : la mise en place de machines à voter. C’est pourquoi le gouvernement avait contacté l’entreprise sud-coréenne, Miru Systems, pour la fabrication de ces machines… mais ces machines avaient été refusées, parce que face à des critiques, les sénateurs argentins avaient finis par retirer les machines à voter de la réforme électorale.

Certains experts en informatique argentins avaient tiré la sonnette d’alarme, comme Javier Smaldone, spécialiste des systèmes de vote électronique qui avait dit ceci : « Tous les systèmes de vote électronique ont un problème en commun : quand l’électeur utilise une machine, rien ne lui garantit le secret de son vote. Il ne peut pas s’assurer que cet ordinateur ne permet à personne de l’observer. Car il est bien possible de pirater ces machines, simplement en utilisant un ordinateur et un poste de radio. L’électeur peut donc céder à des pressions », assure l’expert.

De ce fait plusieurs ONG argentines avaient appellé les autorités congolaises RDC à renoncer à l’usage de machines à voter pour le scrutin de décembre, mais le président de la Ceni qui est devenu plus kabiliste que le président Kabila, s’entête toujours à utiliser ces machines pour les élections du 23 décembre 2018.

Vous pouvez lire ici l’article écrit par   le 23 avril 2018 sur cette situation en Argentine : http://borderperiodismo.com/2018/04/23/la-boleta-unica-electronica-un-invento-argentino-que-debuta-en-la-dictadura-del-congo/

Le gouvernement argentin comptait acheter 100.000 machines à Miru Systems, mais selon nos investigations, la société Miru Systems aurait seulement livré 20.000 à 25.000 machines à voter sur les 100.000 comandées. Alors, comme  les experts avaient signalé que ces machines ne pouvaient pas garantir le secret du vote, ni la fiabilité des résultats, elles avaient été stockées en Argentine.

C’est de cette situation que le deal entre Miru Systems et la Ceni RDC via Nangaa est né. La société Miru Systems avait proposé à la Ceni d’acheter les machines qui étaient déjà livrées à l’Argentine à un prix de 200$ Us au lieu de 450$ Us comme celles qui seront produites en Corée du Sud.

Selon nos investigations le deal avait eu lieu, et pour tromper le monde, Miru Systems a récuperé ces machines de l’Argentine et les a envoyées au Nigéria, où elle devaient être stockées pour les acheminer petit à petit en RDC à l’insu de tout le monde.

Nous avons eu maintenant l’information que ces machines ont déjà été acheminées en RDC et se trouvent bien cachées quelque part.

Alors notre question est de savoir, si

1/ Miru Systems avait livré 20.000, 25.000 ou toutes les 100.000 machines à l’Argentine ?

2/ combien de machines ont quitté l’Argentine pour être stockées au Nigéria ?

3/ combien de machines ont été expédiées en RDC à partir du Nigéria ?

Ce sont les questions que nous nous posons, parce que le président de la Ceni RDC, Corneille Nangaa et son vice ne cessent de confirmer qu’il y aura élections le 23 décembre 2018, seulement avec la machine à voter. D’ailleurs il a fait sortir de la réunion certains candidats présidents qui s’opposaient à cette machine, on peut donc déjà voir comment il tient à sa machine. Nous sommes aussi au courant que le président de la Ceni a surfacturé ces machines, il a dit au peuple congolais qu’une machine à voter coute presque 1500$ Us, alors qu’elle ne coute seulement que 450$ Us en Corée du Sud et s’il a acheté toutes les machines de l’Argentine, il a donc acheté une pièce à 200$ Us. Calculez si ce monsieur gagnera combien dans ce deal :

  • S’il achète toutes les 106.000 machines en Corée du Sud, il mettra dans ses poches presque 106 millions $ Us,

–   S’il achète 20.000 machines en Corée du Sud et recupère 100.000 de l’Argentine, il mettra dans ses poches presque 127 millions $ Us

  • S’il achète 71.000 machines en Corée du Sud et récupère 25.000 machines de l’Argentine, il mettra presque 114 millions $ Us

Vous pouvez déjà voir pourquoi le président de la Ceni RDC veut toujours à tout prix organiser les élections avec la machine à voter. C’est une affaire des millions de dollars Us à mettre dans ses poches, c’est une grande fortune pour lui. Ce n’est pas pour rien que Monsieur Nangaa est devenu millionaire en moins de quelques mois seulement. Il possède des fermes aux alentours de Kinshasa, il construit une concession avec des appartements à Kinshasa Nsele, sa famille est devenue riche, il construit cette grande villa pour son père dans la province du Haut Uélé en RDC.

Bref, l’histoire de la machine à voter en RDC est une histoire de VIE ou de la MORT pour Corneille Nangaa et son mentor Joseph Kabila.

À ceux qui scandent nuit et jour que les machines ne sont pas encore arrivées en RDC et qu’il est même impossible de les totaliser jusqu’à la date du 23 décembre 2018, soyez prudents, parce que vous pouvez vivre une surprise avec ces kabilistes qui sont prêts à tout pour concerver leur pouvoir.

Une chose est sûre que nous allons reconnaitre ces machines de l’Argentine, car elles ont le logo RFID en bas que les experts de Miru Systems pourront couvrir avec le nom de la Ceni RDC, mais qui pourra toujours être visible comme les photos ici nous démontrent:

 Voici une machine à voter de Miru Systems fabriquée pour l’Argentine avec le logo RFID

Voici le logo RFID qui se trouve sur la machine de Miru Systems en bas pour l’Argentine

Voici une machine à voter fabriquée par Miru Systems pour la Ceni RDC

 

Autre chose pour bien reconnaitre la machine de Miru Systems fabriquée pour l’Argentine, ces anciennes machines avaient des batteries externes, mais les nouveaux modèles pour la RDC les incorporent à la machine.

Dossier à suivre !

@AfricaTopNews

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*