Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » Le 30 décembre 2018 est une date historique pour le peuple congolais RDC, selon l’ex otage de Kabila, Grâce Tshiunza

Le 30 décembre 2018 est une date historique pour le peuple congolais RDC, selon l’ex otage de Kabila, Grâce Tshiunza

Quand à ce qui me concerne, la date du 30 décembre est une date qu’il faudra retenir dans l’histoire des révolutions dans le monde , car il ne faudra pas croire que le peuple ira voter pour légitimer la nomination du dauphin de Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadari.

En réalité, il ne s’agit pas des élections mais il s’agit plutôt d’une provocation, que le metteur en scène KABILA est en train d’exercer contre le peuple congolais et toute la communauté internationale. Il s’agit encore d’un défi qu’il a lancé contre 80 millions de la population.

C’est ça la vraie intention de KABILA
A cet effet, la solution que je propose pour que le peuple congolais RDC se débarrasse de ce régime sanguinaire, massacreur, pilleur, un régime illégitime conduit par un médiocre depuis 17 ans .

C’EST LA RÉVOLUTION
Celle prévue par l’article 64 de la constitution.

C’est l’unique option qui peut sauver la République.

Selon moi, Grace Tshiunza, cette révolution pourrait faciliter la transformation politique, économique et sociale.

Reflet fidèle des grands faits du temps qui démontrent l’absence de volonté de Kabila d’organiser les élections :
Il est important de souligner que Kabila ne pouvait pas organiser les élections tant qu’il n’est pas candidat, c’est pour tromper la communauté internationale qu’il va mettre en place une mission suicide que les non avertis appellent les élections, pour pouvoir jouer avec le vouloir du peuple.

Rappelez-vous de ceux qui sont morts pour que le Congo soit réellement un état des droits, de ceux qui sont morts pour qu’il y ait une alternance démocratique, je cite Rossy Mukendi Tshimanga et tant d’autres.
Rappelez-vous de ceux qui ont payé de leur liberté pour que les élections soient organisées dans ce pays, je cite:
Franck Diongo, Eugène Diomi, Jean-Claude Muyambo… qui jusqu’aujourd’hui souffrent en prison, Carbone Béni, Mino Bopomi, Cédric Kabeye et Grâce Tshiunza moi même, pour que Kabila continue à blaguer avec l’avenir de tout un peuple.

L’exclusion de Béni, Butembo et Yumbe

Est une motivation qui alimente la révolution congolaise qui pourra se réaliser demain.

Cependant, j’en appelle le peuple à se mettre debout comme un seul homme demain pour finir avec ce régime sanguinaire qui entretient les criminels au sommet de l’État.

J’en appelle également la cour pénale internationale à prendre pour responsable de ce qui peut se passer demain à titre de violence Kabila.

Via Grâce Tshiunza
Ex otage de Kabila à l’ANR et à la prison centrale de Kinshasa Makala

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*