Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE »  Le monitoring de la Cenco à travers la RDC sur les élections de ce dimanche 30 décembre 2018

 Le monitoring de la Cenco à travers la RDC sur les élections de ce dimanche 30 décembre 2018

1. DANS LA VILLE DE KINSHASA –

Les machines à voter sont bloquées dans beaucoup centres de vote. Dans certains centres comme ceux de Kingabwa et à Masina, aucune liste n’a été affichée jusqu’à ce moment. – Beaucoup de centres sont privés de courant électrique et par conséquent les machines à voter ne sont pas opérationnelles ; Beaucoup de noms absents sur les listes électorales ; Les bureaux sont introuvables ; L’accès aux bureaux est refusé aux témoins – Au centre Saint Raphaël, il est déjà 9 :00 mais il n’y a pas de listes électorales et les élections n’ont pas encore débuté ; – Les électeurs de Makala attendent encore désespérément le code de déverrouillage des MAV; – A Lingwala, une parcelle d’un candidat PPRD à Plamedi qui n’est pas répertoriée comme centre de vote devient brusquement un bureau de vote avec une longue liste des électeurs « fictifs » ; – A Kingasani, dans la commune de Kimbanseke, au Lycée Kingasani 2, un bureau de vote fonctionne sans certains documents « essentiels », se plaint le président du bureau. « Nous nous retrouvons avec 20 témoins du même regroupement pour un seul centre. Ces derniers sont, pour la plupart de cas, non formés. C’est la difficulté que nous avons ici. Nous n’avons pas eu la liste des témoins accrédités », a déclaré le président de ce bureau de vote. – A Limete et à Salongo, la quasi-totalité de bureaux de vote ne sont toujours pas opérationnels jusqu’à vers midi. Cette situation a provoqué une vive colère au centre de vote de Saint Raphaël à Limete où un groupe d’électeurs s’en est violemment pris à Corneille Nangaa, président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). La scène se passe à 11 h 50, dans sa ronde, Corneille Nangaa arrive à ce centre de vote. Alors que sa jeep approche, les électeurs en colère se mobilisent. « Il est midi et certains bureaux sont fermés. Tu ne sortiras pas d’ici sans avoir trouvé la solution », scandaient beaucoup d’entre eux. Le président de la CENI n’a pas pu sortir de la voiture. Grâce à l’intervention de la Police, il a pu quitter le lieu. Le Général Sylvano Kasongo, chef de la police de Kinshasa, a calmé la situation. Sur place, deux jeeps et un camion de la Police ont été positionnées. – Au bureau de vote de l’Institut de la Gombe où Kabila et Shadary ont voté, le candidat de FCC a fait dans une interview des déclarations prémonitoires : « Nous avons voté dans de bonnes conditions… J’ai déjà gagné … Je serai élu, c’est moi le président de la RDC dès ce soir » a-t-il dit. Shadary sait de quoi il parle et sur quoi il s’appuie pour se donner pareille certitude.

2. DANS LA PROVINCE DE L’ÉQUATEUR –

A Mbandaka, toutes les machines à voter sont bloquées à l’EP. Kipoi alors qu’il y a seulement 83 votants sur la liste des 6700 qui étaient enregistrés ; – Au centre de vote du lycée Esengo, les électeurs continuent à chercher désespérément leurs noms sur les listes. Dans certains bureaux de vote, alors qu’il n’était que 7 :30 les batteries de MAV sont déjà déchargées sans possibilité de les recharger. – A Basoko, les agents de la CENI refusent l’assistance technique à tous les électeurs qui ne maitrisent pas l’utilisation des MAV.

3. DANS LE KONGO CENTRAL –

Dans la ville de MATADI, Alors que les électeurs continuent à arriver nombreux aux bureaux de vote, les machines se déchargent déjà. Un centre à Matadi a vite recouru à un groupe électrogène pour renforcer les batteries de MAV. – C’est depuis des heures que les électeurs du bureau 500001Fs’impatientent en attendant le remplacement d’un agent électoral tombé malade

4. DANS LA PROVINCE DU KASAI –

A Mweka, les militants de PPRD se mettent à chasser les témoins des autres partis du centre de vote ; – A Dimbelenge, des observateurs de l’église catholique sont interdits d’accès dans les centres de vote et d’autres qui avaient pu se faufiler ont carrément expulsés par des policiers . Toujours à Dibengele, la plupart des machines à voter sont bloquées, le mot de passe oublié par les agents de la CENI. Pas de vote jusque là. – A Kananga dans la commune de Nganza, des machines à voter du centre de vote Mukolesha se sont déchargées environ deux heures avant le début du vote ; – A Tshikapa, plusieurs électeurs se plaignent de ne pas retrouver leurs noms sur les listes électorales. Dans le centre EP Somba Ne Lutulu, la machine à voter est tombée en panne quelques minutes après le démarrage des élections ; – Toujours à Tshikapa, des témoins des partis politiques non FCC sont chassés des bureaux de vote dans la localité de Katumba par des hommes militaires commis à la sécurité de Jean-Pierre Tshimanga, ancien rapporteur-adjoint à l’assemblée nationale. – A Mbujimayi, au centre complexe Mulami Muimpe, le gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji qui est également candidat, distribue l’argent aux électeurs et leur demande de voter pour le numéro d’Emmanuel Shadary. – A Lusambo-ville, un centre de vote est installé dans la résidence même d’un membre de la CENI, madame Marie-Jeanne Musumba. Ce centre prévu sur l’avenue Kole 40 a été carrément délocalisé sur avenue Bene Dibele sans que les candidats et électeurs soient préalablement avisés ;

5. Dans la province du KIVU –

A Bukavu, beaucoup de bureaux de vote sont déjà fermés par manque de machines à vote ; – A Panzi, des témoins sont interdits d’accès aux bureaux de vote. Seules trois machines sur les 32 prévues fonctionnent – Dans le territoire de Nyirangongo au nord de Goma, la première machine à voter s’est bloquée au 8e électeur vers (h00 de l’heure locale – A Kindu dans le bureau de vote de Mwanga, une machine à voter est tombée seulement une heureu après le début de vote. Selon un informaticien de la Ceni trouvé sur place, plusieurs électeurs ne savent pas utiliser la machine à voter. « Certains parmi les électeurs enlèvent par force des bulletins de vote alors que l’impression est en cours. Ceci provoque le bourage de l’imprimante ». – A Goma, des témoins en possession des accréditations « falsifiées » ont débusqués par la vigilance de la population ; – A Bishange dans le MAsisi, 4 machines sur 9 sont déjà tombées en panne. Et celles encore en bon état posent un sérieux problème de manipulation. Les populations locales n’arrivent pas à les utiliser sans contrainte. – Dans la circonscription de Kungu, la CENI refuse la présence de témoins dans les bureaux de vote et la machine n’affiche que quatre photos des candidats de PPRRD ; – AU centre de Tumaini dans la commune d’Ibanda, ville de Bukavu, l’on vient d’attraper un monsieur avec un lot de 21m cartes d’électeurs. Les éléments de la police Nationale congolaise l’ont acheminé pour audition ; – A Mutongo-Walikale, les militaires FARDC imposent aux électeurs de voter pour le candidat Shadary. Ces militaires sont à l’intérieur des bureaux de vote et accompagnent les électeurs jusqu’ù l’isoloir en disant à chaque électeur : « Si tu ne votes pas Shadary, tu seras arrêté ». – Dans la chefferie de Bwito, territoire de Nord-Kivu, ce sont les miliciens Nyatura qui « contrôlent » les opérations de vote dans plusieurs centres de vote :

6. DANS LA PROVINCE DE BANDUNDU –

A Masimanimba, les MAV sont toutes bloquées et les batteries de s MAV sont toutes à plat dès l’ouverture des bureaux. – Les agents de CENI, proches du pouvoir, démasqués et pris avec MAV en pleine activité. – A Inongo dans le Mai-Ndombe, les électeurs refusent désormais de continuer à voter parce que quand les électeurs choisissaient le candidat n°4, la machine imprimait la photo du candidat n° 13. Ce qui a provoqué une grande colère des électeurs, cassant des MAV. Tout s’est arrêté dans toute la ville. Tout le monde étant dispersé par les gaz lacrymogènes.

7. DANS LA PROVINCE DE KATANGA.

– Au moins 8000 électeurs qui ont perdu leurs cartes d’électeurs n’ont pas encore reçu leurs duplicata. Certains affirment qu’ils attendent ces documents depuis deux ans, les autres depuis un an ou quelques mois. Un agent de la CENI procède à l’appel nominal pour remettre les duplicata disponibles à ceux qui en ont fait la demande. Il y a cependant ceux qui ne sont toujours pas servis. Ce samedi 29 décembre, plusieurs dizaines arrivent devant le bureau sans entrer en possession des duplicata. Ils assistent, depuis des jours, à la même situation, dénoncent-ils. Un autre agent de la CENI commis à cette tâche leur répond indique que les cartes ne sont pas encore signées. Certains requérants, lassés, rebroussent chemin sans aucun espoir de voter ce dimanche. – A Lubumbashi, dans les centres de vote de Zamba, Katuba et Kapemba, plusieurs sources concordantes affirment que les machines sont tombées en panne et que des milliers d’électeurs ne retrouvent pas leurs noms sur les listes électorales.. – A Lubumbashi toujours, au centre La Racine, déjà à 9 :00, les batteries de MAV n’avaient plus que 20% de charge électrique. – A Manono, toutes les machines à voter placées dans les bureaux de vote n’affichent pas les noms de Martin Fayulu et de tous les candidats de l’opposition. Les électeurs sont en grande colère. La tension monte sur place. Une note publiée tout à l’heure par la CENCO affirme que sur l’échantillon de 4837 rapports de ses observateurs sur le terrain, il est signalé 846 bureaux de vote installés dans les « lieux prohibés » (camp militaire, postes de police, résidence privée, débit de boisson. Etc.) Dans ce même rapport, la CENCO note que 830 bureaux n’étaient pas encore ouverts pour des raisons d’aménagement tardif, de procédures d’ouverture trop longues ou encore de dysfonctionnement de la machine à voter etc.

(A Suivre…)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*