Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » Réponse choc au ministre belge André Flahaut qui demande de respecter le résultat électoral de la RDC et de reconnaître Félix Tshisekedi (+3 vidéos)

Réponse choc au ministre belge André Flahaut qui demande de respecter le résultat électoral de la RDC et de reconnaître Félix Tshisekedi (+3 vidéos)

C’est ahurissant et incompréhensible la sortie du ministre André Flahaut sur Belga / rtl.be hier lundi 21/01/2019 qui demande de respecter le résultat électoral de la RDC concernant le processus électoral en RDC et la reconnaissance de la Belgique pour Félix Tshisekedi, alors un président sorti d’une mascarade sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Qui ignore qu’il y a eu un hold-up électoral en RDC, et que ces chiffres ont été inventés dans un laboratoire de la Ceni de Nangaa avec la complicité du libanais Khamal et ensuite validés depuis ce 20 janvier 2019 par la Cour constitutionnelle qui est sous les ordres de Joseph Kabila ?

Cet ancien ministre de la Défense, actuellement ministre en Fédération Wallonie-Bruxelles se croit et se comporte comme le nouveau ministre de la colonie congolaise instaurée par le criminel Kabila en RDC. Il participe à cet effet à la forfaiture et à l’affaiblissement délibéré de notre histoire. Il se permet de plaider pour une reconnaissance du processus électoral qui a proclamé Felix Tshisekedi à la présidence du pays, MALGRÉ les contestations et les doutes.

Monsieur Flahaut, nous savons qu’il y a toujours des relations personnelles et claniques entre les hommes politiques belges et les hommes politiques congolais, mais il y a aussi certains magouilleurs, chantres de la kabilie, dont vous faites peut être parti en lisant vos propos, qui ont rendu et qui rendent encore par plus ignoble ce déni de démocratie.

Monsieur Flahaut n’a même pas honte, de ne pas s’arrêtez seulement là, mais il ajoute encore : « La RDC est un État souverain. Il faut s’abstenir de vouloir l’influencer; s’abstenir de vouloir se le réapproprier; s’abstenir de vouloir lui dicter – en fonction d’un paternalisme mal placé – la ligne à suivre. Évitons, surtout, de lui imposer nos modèles (quelquefois déficients) de gouvernance »

Non monsieur Flahaut, il y a contestation de la victoire de Félix Tshisekedi en RDC, qui s’appuit non seulement sur une seule source de la CENCO qui est la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, une source très fiable en RDC et qui avait déployé 40000 observateurs sur toute l’étendue de la RDC le jour du scrutin le 30 décembre 2018, mais aussi il y a eu une fuite des résultats du serveur de la Ceni publiée par plusieurs médias internationaux, dont RFI, La Libre Belgique, TV5 Monde, France 24, Financial Times et tant d’autres, qui prouvent que c’est Martin Fayulu qui avait gagné l’élection présidentielle. C’est connu de tous.

 

Si vous avez suivi le déroulement de la campagne électorale, vous pouvez avoir l’idée de la popularité de Martin Fayulu qui a bénéficié du soutien des grands leaders congolais, en l’instar de Moïse Katumbi et J. P Bemba, sans compter les figures emblématiques de la scène politique congolaise, Adolphe Muzito, Freddy Matungulu, Olivier Kamitatu, etc… Vous oubliez que Fayulu était le candidat commun tant espéré par le peuple congolais pour se sortir de cette dictature de Joseph Kabila et ses kabilistes qui ont pris ce pays la RDC et son peuple congolais en otage depuis presque 18 ans.

Monsieur Flahaut continue avec sa gloire kabiliste en disant ; « Nous devons reconnaître le processus électoral, même si l’organisation (opérée par les seuls Congolais!) n’a pas été parfaite. La plus haute instance du pays, la Cour constitutionnelle, a confirmé les résultats. À présent, il nous faut respecter sa décision ». 

Si on doit parler d’élections crédibles en RDC monsieur Flahaut, il faudrait vivre sur Mars ou être endormi, car comment peut-on parler d’élections et d’alternance crédibles pendant que KABILA avait déjà verrouillé des années au paravant cette même cour constitutionnelle si decriée jadis par ce même parti UDPS que vous soutenez, verouillage aussi de l’Administration Publique à travers  les secrétaires géneraux nommés, les hauts magistrats des cours et tribunaux civils et militaires nommés par lui même Kabila vers la fin de son mandat 2016 et 2017, puis le recent verrouillage des assemblées provinciales et de l’assemblée par des élections très contestées même dans son propre camps.

Vous devez savoir monsieur Flahaut que ce deal a été juteux pour la plateforme CACH de Félix Tshisekedi et nous assistons donc au plus beau débauchage qui ait eu lieu au monde. Avez-vous aussi reçu quelque chose de ce deal pour devenir si aveugle, et avancer ces arguments qui ne tiennent pas debout ?

Allo monsieur Flahaut, auriez-vous dit la même chose si cela se passait en Belgique ? Sûr que si c’était pendant la dernière guerre mondiale, vous seriez parmi les traîtres du royaume de Belgique.

Prenez-vous le peuple congolais pour des sous-hommes incapables de discernement et de se choisir leurs propres dirigeants ? Vous encouragez et vantez le déni de démocratie en RDC et vous participez ainsi à la descente aux enfers des pays africains.

Vous soulignez l’importance de l’alternance en cours, dès lors que Joseph Kabila ne sera plus président, pas plus que son dauphin Emmanuel Shadary : Vous dites « Nous assistons donc, pour la première fois depuis l’Indépendance du pays, à une transmission du pouvoir présidentiel sur base d’élections – ceci sans guerre civile, situation qu’on doit à la raison du peuple congolais autant qu’à sa lassitude. Enfin, nous sommes les témoins d’une alternance politique, puisque le nouveau Président, Félix Tshisekedi, est issu de l’opposition. Au reste, des élections législatives et provinciales ont eu lieu. Une cohabitation sera sans doute nécessaire. Reconnaissons, dès lors, que ce qui s’est passé en RDC annonce une ère nouvelle. »

Pour teminer, nous demandons à monsieur Flahaut de lire la presse de ces derniers jours qui prouve qu’il y a eu arrangement entre Félix Tshisekedi qui a lamentablement échoué à l’élection présidentielle et Joseph Kabila pour la continuité de la kabilie en RDC. Ce qui veut dire que Kabila n’est pas parti comme vous le pensez ou l’ignorez. Félix est issu de l’opposition, mais il a accompli un deal avec le FCC de Kabila pour une cohabitation qui assurera cette continuité. Vous parlez donc d’une fausse alternance, parce que les kabilistes sont toujours là, avec leur majorité au parlement, au Sénat et dans les assemblées provinciales…

Des observateurs indépendants ont fourni suffisamment de preuves pour montrer que Martin Fayulu avait remporté les élections. Pourtant, en raison d’un marché corrompu entre Kabila et Felix Tshisekedi, Félix est proclamé vainqueur.

Où est maintenant l’alternance en RDC dont vous parlez monsieur Flahaut ?

Votre Félix Tshisekedi que vous félicitez est un faussaire, lisez la presse belge sur l’affaire de son faux diplôme de l’ICC Bruxelles. Alors croyez-vous qu’un faussaire aurait honte de tricher à l’élection ? lisez ici : https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2019/01/18/la-justice-belge-confirme-felix-tshisekedi-a-utilise-un-faux-d/ 

 

Monsieur Flahaut, vous vous croyez plus malin que le peuple congolais, mais vous devez savoir que le bon sens est l’ancêtre de l’intelligence, apparemment le gougnafier est passé de l’autre côté de l’humanité…

Nous vous posons ces questions à la fin sur les élections législatives et provinciales RDC et la base sur laquelle est basée la nouvelle coalition Felix-Kabila qui démontrent que la page ne peut pas être tournée après l’investiture de Felix Tshisekedi :

– Comment se fait-il que l’opposition ait remporté la grande majorité lors des élections présidentielles (selon les chiffres officiels de la CENI, même plus de 70%, en vérité plus de 80%), alors que le régime lui-même s’est donné plus de 70% aux élections législatives et provinciales?

– Comment se fait-il que le régime de Kabila dispose aujourd’hui tout d’un coup d’une majorité parlementaire pour modifier même la constitution alors que cela était impossible avant les élections? Pour quoi faire ?

– Comment se fait-il que seuls les membres de la galaxie Kabila aient été nommé par la CENI et que même certains membres de la majorité n’aient pas été élus, malgré une popularité parfois importante de ces personnes?

– Sur quoi ces chiffres sont-ils basés puisque la compilation des votes des élections législatives et provinciales n’a pas encore commencé? Étant donné que les résultats ne semblent pas basés sur les votes effectifs de la population, sur quels critères Kabila / CENI ont-t-ils déterminé les élus? Qui a finalement déterminé les élus et à quel niveau ? Imposé par Présidence ? Y-a-t-il eu discussion ?

– Pourquoi le FCC ne combat-il pas la victoire de Felix ? Pourquoi va-t-il même si loin de défendre la victoire de Felix contre des critiques ? De l’autre côté, pourquoi l’UDPS ne combat-il pas les résultats législatifs alors que cette partie n’a même pas obtenu 10% des députés, donc moins qu’avant les élections?

– Y a-t-il un accord entre Kabila et Felix sur la division du pouvoir? Conclu avant l’annonce des résultats par la CENI? Si oui, quels sont les détails de cet accord?

En somme, la difficulté porte sur les questions autour des bases de cette nouvelle coalition entre Felix et Kabila. Comment attendre de cette nouvelle coalition une démonstration effective que les deux piliers fondamentaux, permanents, existentiels du système kabiliste, à savoir la corruption et l’intimidation/ répression seront abordés frontalement et des mécanismes effectifs, durables et crédibles seront mis en place pour en finir et instaurer finalement une gouvernance porteuse d’espoir ?

Dossier à suivre…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*