Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » La morale d’une nation en péril : Quelle leçon immorale l’État congolais RDC a inculqué au peuple après ces élections bâclées et qui en fera les réparations ?

La morale d’une nation en péril : Quelle leçon immorale l’État congolais RDC a inculqué au peuple après ces élections bâclées et qui en fera les réparations ?

Une analyse de Etienne Ramazani sur les élections du 30 Déc 2018 en RDC-Quelle leçon immorale l’Etat congolais a inculqué au peuple et qui en fera les réparations?

Le rôle majeur de l’État est de forger la mentalité et la morale du peuple càd impulser le modèle à suivre, donner le coup d’envoie du comportement à adopter par toute la population

Malheureusement le constat général après les élections de 2018 c’est que le choix du peuple a été détourné pour forger un pouvoir par le mensonge et l’injustice:
LE PRÉSIDENT ÉLU A ÉTÉ ÉCARTÉ ET LE PRÉSIDENT NON ÉLU A ÉTÉ NOMMÉ, PROCLAMÉ ET INVESTI.

La preuve en est que:

D’abord, ce qu’on a observé pendant la campagne atteste un plan préétabli, avec la répression d’un camp et l’éxclusion d’une majeure partie dun électorat acquis à l’opposition

Ensuite:

1. La Ceni a proclamé pendant que les compilations se poursuivaient au niveau des CLCR. D’où a-t-elle tiré les résultats proclamés?

2. La Ceni, pour cacher la vérité, n’a pas proclamé les résultats circonscription par circonscription, province par province afin de permettre à la population de comparer le poids électoral des candidats .

3. Les résultats proclamés n’ont pas été conformes aux résultats affichés auprès des bureaux de vote et aux pv obtenus. Les observateurs tels que la Cenco, la Somocel, ont eu des résultats contraires. Et les fuites du serveur cental de la Ceni venaient de fournir au monde les vraient résultats qui n’ont pas été ceux proclamés.

4. La cour constitutionnelle qu’on croyait rétablir la vérité au lieu de procéder au recomptage des voix pour éclater la vérité des urnes a préféré garder le flou en se contentant de dire que le recours était recevable mais non fondé (ca n’a pas contribué à la transparence).

5. Les déclarations même de Félix après la publication  » Personne ne croyait qu’un tel scenario pouvait avoir lieu… » et même dans son discours d’investiture il a reconnu les prouesse de celui qu’il a appelé le « soldat du peuple » en la personne de Martin Fayulu.

6. Même à la cour constitutionnelle, les avocats de l’Udps ne s’attaquaient surtout pas au contenu du recours de Martin Fayulu mais s’acharnaient à ce qu’il soit irrecevable et que les observateurs ne puissent apporter leurs témoignage.

NB. On se demande

# Où est la place des observateurs et des témoins des partis politiques dans un processus électoral dès lors que le résultat de leur observation n’est pas pris en compte?

# Quel est le rôle des pv signés par les témoins dans les contentieux électoraux dès lors qu’on n’en tient même pas compte?

On n’est pas contre Tshisekedi- le 5 è président, mais on ne voudrait pas cautionner le mensonge, le vol et le détournement au sommet de l’Etat, il faut le dénoncer.

Tout le monde peut être président pourvu qu’il soit élu par la majorité du peuple par un scrutin transparent.

Même si le nouveau président Felix a été investi, ceci ne lui confère pas tout le crédit (il le sait lui-même); le peuple reste assoiffé de la vérité des urnes qui lui reste cachée. Il vaut mieux affronter la vérité que de la voiler car elle est têtue.

1) – Si l’heure n’est plus aux débats autour de la vérité des urnes, il y a malheureusement une contre vérité qui a été inculquée à la population et qui se digère difficilement.

2) – Un signal fort d’un sentiment non exprimé: le fait que le jour de la proclamation et de la prestation de serment, il n’y a pas eu célébration mais plutôt un climat de deuil national. Seuls les luba et quelques partisants.

3) – Si le peuple n’a pas protesté dans les rues, ceci ne signifie pas qu’il a été d’accord avec ce qui s’est fait, mais au contraire:

– Une partie se resigne sans le vouloir préférant ne pas descendre dans les rues pour éviter le bain de sang ou pour sauvegarder la vie; car persuadée que les forces de police et de l’armée déployées pour réprimer les manifestants sont indisciplinées et meurtrières.

– Une autre partie, sans être d’accord avec la proclamation de la Ceni, préfère se satisfaire de l’alternance obtenue, considérant que leur combat est à moitié gagné : Pour ceux-ci, que ce soit Fayulu ou Felix, l’essentiel est que Kabila est parti et son dauphin Shadari écarté. Ça se comprend par le fait que la population avait besoin d’un candidat commun de l’opposition quel qu’il soit et qu’on ne va pas se battre pour des individus du fait que tous sont de l’opposition.

– Une autre partie se dit que même si il y a eu alternance mais , sur quel fondement? Sur le vol et le mensonge? Déçu par le fait que, et la Ceni et la cour constitutionnelle ont caché la vérité, elle préfère que la vérité des urnes soit rétablie afin de donner un exemple à suivre pour le peuple et pour le monde.
Dans ce groupe il y a ceux qui croient que Felix a été nommé et proclamé car Kabila a trouvé en lui un homme manipulable, et que le changement attendu par le peuple ne pourrait venir que par Fayulu.

NB. La majorité, pour se calmer, considèrent qu’il y a eu tout simplement un coup d’État électoral comme tout autre coup d’État cautionné malheureusement par l’hypocrisie de la communauté internationale.

Le malheureux message donné par l’Etat congolais à sa population est que:

– La démocratie n’est pas telle que elle est enseignée cad « pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple » Il s’agit plutôt du pouvoir des chefs des institutions sur le peuple.

– Les élections ne sont pas l’expression du peuple à se choisir ses dirigeants. Il s’agit d’un moyen voilé pour valider le choix des tenants du pouvoir.

– Le Vol et le détournement ne sont pas des vices que l’État est appelé à combattre. La Ceni a donné un message contraire, celui de proclamer que le mensonge et le detournement sont l’apanage de l’État.

– La justice connue comme devant dire le droit et rétablir la vérité, tel n’a pas été le message donné. La cour constitutionnelle a donné un message contraire, celui de dire que les cours et tribunaux sont au sevice de celui qui gouverne.

LES CONSEQUENCES SUR LA MENTALITÉ ET LE COMPORTEMENT DANS L’ AVENIR?

Il est facile de semer le grain du mensonge mais pas facile d’arracher l’arbre qui en résulte.
Et le mensonge d’un jour peut se répercuter sur plusieurs générations pendant plusieurs années.

Il faudra beaucoup de temps pour refaire la morale du peuple congolais et laver tout ce qu’ on lui a inculqué a partir des elections de 2018!

🤷‍♂ – Comment l’élève ou l’étudiant saura que le vol, la tricherie et la corruption sont mauvais dès lors que ce dernier sait que le president de la republique a eu son pouvoir par la tricherie?

🤷‍♂ – Imaginer aussi comment un enseignant saura punir un tel élève qui triche?

🤷‍♂ Comment l’enseignant va enseigner les vertus qui font la refondation d’un État alors qu’il est contredit par le comportement contraire de ceux qui sont sensés donner l’impulsion à l’enseignement?

🤷‍♂ – Je m’imagine comment pourra se comporter la population aux prochaines élections: aura-t-on confiance au processus? Les gens auront-ils le courage d’aller voter?

🤷‍♂ – Imaginez! Comment le président va combattre le vol et le détournent ou sanctionner ses ministres détourneurs sachant que son pouvoir lui-même est assi sur le vol et le détournement comme socle?

ET QUI EN SERA RESPONSABLE ?

👉🏾 C’est le somlet de l’État lui-même à travers le président qui dicte sa volonté à la Ceni et aux cours et tribunaux.
Le démocrate Felix qui accède ou qui accepte le pouvoir fondé sur le mensonge et le vol peut être excusable en partie si et seulement si il reste du côté du peuple.

👉🏾 C’est le président de la Ceni qui ont respectivement influencé et accepté de proclamer les résultats tripatrouillés.

– C’est la cour constitutionnelle qui cautionne le mensonge et cahe la vérité au peuple.

QUI FERA LES REPARATIONS? AVIS AU PRESIDENT FELIX:

Mr le Président Félix devrait savoir que s’il y a une sorte d’ accalmie, cette accalmie est apparente et peut être temporelle car les coeurs des congolais sont remplis de messages divers:

👉🏾 Certains doutent encore du sérieux dans le chef de Mr Felix (avec la complicite de Kamerhe dont on connait ses tactiques ) par le fait de n’avoir pas honoré au depart sa signature aux accords de Genève desquelles la population attendait un consensus de tous les opposants. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont fait qu’une majorité se detourne de lui pour soutenir massivement Fayulu qui semblait être plus integre et constant dans sa lutte

👉🏾 D’autres craignent l’ alliance que le CACH a conclu avec le FCC et se sont étonnés de son revirement brusque de langage vis à vis de Kabila comme s’il avait la mission de proteger ses intérêts en échange du pouvoir et faire taire les multiples violations auxquelles Kabila devait répondre.

👉🏾 D’autres encore observent et se disent si Felix arrive à changer les choses comme on l’attendait de Fayulu alors on va le soutenir mais s’il ne parvient pas à apporter ce qu’on attend, on va bientôt revenir à la case départ.
Les militants de Katumbi de leur part, attendent le retour de leur stars. Mais ils se demandent comment ça va se passer dès lors que CACH s’est allié au FCC qui est hostile au retour de Katumbi qui, avec Fayulu voulaient la rupture avec le FCC?

👉🏾 Les militants de Fayulu soutenu par Bemba, Muzito, Matungulu, Mbusa…qui veulent la rupture et non la continuité pourront se radicaliser contre le bloc CACH-FCC si Felix ne gère pas bien cette question. Ceux-ci attendaient le retour imminent de leurs leaders en hommes libres et aux postes clés mais l’alliance avec le FCC au lieu de CACH-LAMUKA suscite bcp de réticence.

👉🏾 Ce pouvoir que d’aucuns considèrent comme issu de la tricherie électorale ne pourra être pardonné que si Felix avec Vital arrivent à s’élever à la hauteur du changement incarné par Fayulu.

Mais si les choses ne changent pas, l’accalmie sera temporelle, et ceux qui sont au sommet de l’Etat en porteront la lourde responsabilité de l’histoire du pays, pas seulement durant leur mandat mais pour les générations à venir car on ne saura pas effacer si facilement les differents messages négatifs qu’ils ont apportés au monde à partir du hold up électoral du 30 Décembre 2018.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*