Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » RDC : Les exigences et recommandations de la coalition LAMUKA à Félix Tshisekedi pour une probable approche de discussion dans l’avenir

RDC : Les exigences et recommandations de la coalition LAMUKA à Félix Tshisekedi pour une probable approche de discussion dans l’avenir

Nous avons remarqué qu’il ya trop de Fake News qui circulent dans les médias et sur la toile concernant la plateforme RDC « LAMUKA », surtout que ses leaders parlent moins ce dernier temps, comme l’a signalé Adolphe Muzito dans son intervention sur Tshangu TV à Bruxelles. Plus suspect aussi est l’attitude adoptée par l’opposant Moise Katumbi qui vit en exil et qui ne s’est pas encore prononcé depuis la proclamation de Félix Tshisekedi comme vainqueur de l’élection présidentielle. Ce calme suscite beaucoup de spéculations qui obligent parfois les gens à inventer de Fake News. Nous avons approché un Insider de LAMUKA qui nous a donné ces quelques exigences et recommandations au nouveau régime RDC dirigé par Félix Tshisekedi pour une probable approche de discussion, parce que selon LAMUKA, Félix Tshisekedi n’a pas gagné l’élection présidentielle, il a été tout simplement nommé par Joseph Kabila via la Ceni et confirmé par la cour constitutionnelle déjà bien préparée par Joseph Kabila quelques mois avant pour accomplir son coup électoral : proclamer l’homme de son choix pour la continuité de sa politique et surtout pour sa protection.

Voici maintenant les exigences donnés par notre Insider de LAMUKA  disant que cette plateforme réfléchira à discuter avec monsieur Félix Tshisekedi si seulement s’il :

(1) applique à la lettre les dispositions du volet décrispation politique de l’Accord de la Saint Sylvestre;

(2) remercie le bureau de la CENI et engage des poursuites judiciaires contre Corneille Nangaa;

(3) s’engage à dissoudre l’Assemblee Nationale au terme des 12 premiers mois de la législature ;

(4) ordonne l’arrestation immédiate de Gedeon Kyungu ;

(5) révoque le PCA de la Gecamines et ordonne un audit international de sa gestion ;

(6) engage des poursuites contre les responsables des services de sécurité pour torture et détentions arbitraires ;

(7) publie les résultats de l’audit du Compte Général du Trésor sur les 5 dernières années et engage des poursuites pour les détournements des deniers publics,

(8) ordonne l’audit du FONER et du FPI,

(9) saisisse la CPI sur les massacres au Kasaï et à Yumbi,

(10) engage la révision des CPP dans le domaine pétrolier et l’audit des contrats miniers… Etc.

Et la liste est loin d’être exhaustive !

On peut même aussi étoffer la liste en recommandant à Félix Tshisekedi :

(1) le contrôle fiscal de la société ÉGAL et la collaboration judiciaire pour blanchiment des capitaux pour les sociétés identifiées par Bloomberg,

(2) la délocalisation du procès des assassins présumés de Michael Sharp et Zaida Catalan,

(3) la réouverture du procès des assassins présumés de Floribert Chebeya,

(4) l’annulation du contrat des passeports et la mise sous séquestre des fonds,

(5) la révision des contrats des concessions forestières des 3 dernières années ,

(6) le contrôle de la CRL (contribution sur les revenus locatifs) des immeubles construits au cours des 10 dernières années

(7) le contrôle fiscal des entreprises des groupes de Philippe Demoerloos, Alain WAN, Dan Gertler, Ledya, Simon Kong, Albert Yuma, Harissh, Congo Futur, Mino Congo

(8) l’audit des paiements de la dette intérieure effectués au cours de 2 dernières années,

(9) l’audit des marchés publics : aéroports de Ndjili, Immeuble du Gouvernement, Payage route de Matadi,

(10) la révision des contrats des ports privés de Matadi…

Ce sont tout court les exigences et recommandations de LAMUKA à Félix Tshisekedi pour une probable discussion avec lui dans l’avenir, sinon rien ne marchera entre eux.

LAMUKA met l’accent à la fin sur un point qu’elle a trouvé un danger dans le discours de Félix Tshisekedi le jour de son investiture, qui laisse croire que pour le moment, son véritable engagement public est de ne plus donner aux Congolais la possibilité de voter leur président de la République au suffrage universel direct ! Pcq ça coûte trop cher !

C’est déjà une fuite en avant de Félix Tshisekedi pour mieux garder le pouvoir qu’il vient de voler avec sa coalition selon les accords macabres qu’ils ont signés…

À suivre

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*