Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » Corruption en RDC : Les députés provinciaux du Sud Kivu ont vendu leurs âmes et la Province toute entière à BAHATI LUKWEBO et sa délégation venue de Kinshasa

Corruption en RDC : Les députés provinciaux du Sud Kivu ont vendu leurs âmes et la Province toute entière à BAHATI LUKWEBO et sa délégation venue de Kinshasa

Nous vous avions alerté que depuis le 8 Mars 2019, il se passait à l’Hôtel ORCHIDS une messe noire contre notre chère province.

Excellence Monsieur le Président de la République, Monsieur Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO,

Monsieur le Procureur Général de la République, Monsieur Flory KABANGE NUMBI

Monsieur le Procureur Général pres la Cour d’Appel de BUKAVU

Messieurs les Hauts Magistrats de la République,

Voici des éléments qui peuvent vous aider dans la lutte contre la corruption, un fléau qui gangrène notre province et dont certains de ses fils en sont devenus maitre de séance et nous vous interpellons et alertons qu’hier Dimanche 10 Mars 2019, la fumée blanche est sortie des toits de l’Hôtel Orchids après deux jours de pression sur les députés provinciaux et nous sommes surpris que cet acte de corruption, falsification des listes électorales et extorsion des signatures des députés provinciaux passe inaperçu.

1. CORRUPTION DES DEPUTES PROVINCIAUX

Les députés provinciaux ont reçu 2.000 USD libellé comme frais de transport pour voter un ticket FCC-CACH, dont voici la composition :
1. Président : Hon. LWAMIRA BARHUMANA Zacharie
2. Vice-Président : Hon. BISIMWA YABE Norbert
3. Rapporteur : Hon. AMANI KAMANDA Jacques
4. Rapporteur Adjoint : Hon. BUMBU MALITE Job
5. Questeure: Hon. KALAFULA BYAKUSAKA Blandine

Une liste qui viole la loi car portant atteinte aux lois de la République, car la délégation du FCC a imposé aux honorables députés séance tenante de retirer leurs démissions aux risques d’être invalidés en cas de résistance. Certains députés provinciaux ont même subi des menaces de mort s’ils ne suivaient pas les lignes directrices de leur regroupement politique.
Une liste du genre parti État conçu pour couvrir les intérêts égoïstes des leaders nationaux venus de Kinshasa. Au lieu de laisser les députés se choisir un bureau définitif, nous avons constaté que Kinshasa a imposé sa volonté.
Au lieu de percevoir les 20.000$ prévus dans la cagnotte tel que les informations venues de certaines personnes à Kinshasa nous renseignent, on aurait remis seulement 2.000$ à titre de transport à chaque élu provincial et le reste servira à la campagne de certains membres de cette même délégation, Candidats Sénateurs FCC.
Nous lançons ainsi un vibrant appel à nos députés provinciaux pour se ressaisir et se dédouaner de cet affront.
BAHATI LUKWEBO vous a roulé dans la farine en vous remettant 2.000$ au lieu des 20.000$ initialement prévus et vous, sans dire un mot, avez vendu la province en oubliant votre base et le slogan devenu célèbre ces derniers temps : le peuple d’abord

2. FALSIFICATION DE LA LISTE ÉLECTORALE

Pour faire passer son plan macabre, BAHATI LUKWEBO par le truchement du Président du bureau provisoire Hon. BASHENGEZI MIRINDI Patrice, député provincial élu de KABARE et membre de AFDC/A, a procédé dans la nuit du Samedi 09 à Dimanche 10 Mars 2019 en ajoutant sur la liste électorale, la candidature de l’Hon. BUMBU Job au poste de Rapporteur Adjoint, alors que ce dernier n’était que candidat aux postes de Vice-Président, Rapporteur et Questeur du bureau.
Si les députés FCC ne le feront pas car déjà ayant vendu leurs âmes à la bande à BAHATI, que la CENI et nos autres députés provinciaux membres de ENSEMBLE et LAMUKA se saisissent de ce dossier lors de la plénière de ce Lundi et nous éviter une honte provinciale.

Le document ci-joint atteste de la véracité de nos propos car il porte signature du Président du bureau en date du Vendredi 09 Mars 2019.

3. EXTORSION DES SIGNATURES

L’extorsion définition : C’est le fait d’obtenir par violence, menace de violences ou contrainte soit une signature, un engagement ou une renonciation, soit la révélation d’un secret, soit la remise de fonds, de valeurs ou d’un bien quelconque. L’extorsion s’inscrit dans les infractions dites d’appropriation frauduleuse au même titre que le vol, l’escroquerie ou encore, les détournements.
On peut également parler de racket pour qualifier cette infraction.

Extorsion des signatures des députés provinciaux : quelles sont les sanctions prévues par la loi ?

Nos députés provinciaux ont été forcés par leurs dirigeants politiques du FCC-CACH venus de Kinshasa de se prononcer devant tous lors de cette réunion et ensuite rédiger un document de retrait de signature et le contenu de cette lettre leur causera préjudice à la longue. Cette injonction constitue une infraction que les juristes qualifient d’extorsion de signature.

Une contrainte morale, définie comme étant une force irrésistible, d’origine externe et dominant la volonté de la personne la subissant, ou du moins, étant assez puissante, de manière à enlever la liberté d’esprit de la victime.
La jurisprudence considère, de manière constante,
que la contrainte est constituée par de simples menaces qui, sans être insurmontables, représentent un danger grave, certain et imminent, soit pour la vie, soit pour l’intégrité physique.

Une entorse a la démocratie vient de s’opérer au Sud-Kivu et nous tirons la sonnette d’alarme en ce jour pour sauver notre Assemblée Provinciale de la dérive et de l’ivresse du lait de cette délégation aux yeux rouges et mains noirs qui agit à contre-courant des intérêts des Sud-Kivutiennes et Sud-Kivutiens qui ont voté pour le changement dans notre cher pays lors des dernières élections de Décembre 2018.

Nous dénonçons ces actes repris ci-haut qui viennent de se produire à l’Hôtel ORCHIDS et en appelons au Procureur Général près la Cour d’appel de BUKAVU à se saisir de ce dossier en toute urgence.

Ainsi donc, ce serait justice.

Gilbert MUSIMWA
L’oeil du patriote

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*