Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » Au nom de l’état de droit en RDC, halte à l’amateurisme au sommet de l’état avec Félix Tshisekedi Fatshi

Au nom de l’état de droit en RDC, halte à l’amateurisme au sommet de l’état avec Félix Tshisekedi Fatshi

À quoi veut jouer le Président de la République Felix-Antoine Tshilombo Tshisekedi ?
Aucune condamnation de sa part, pour les actes de violence et de tuerie et de vandalisme urbain, causés par ses partisans ce samedi à Kinshasa et dans le Kassai?

Lui qui est constitutionnellement  » le garant de la sécurité des biens et des personnes »?

Le pays ne peut pas fonctionner au rythme de la folie de ses militants radicalisés et qui se comportent en miliciens.

Comment le Président de la République peut-t-il convoquer une réunion inter- institutionnelle – pour statuer sur les allégations de corruption – des députés d’un parti politique – qui est un fait privé ? -en l’occurrence,, son parti à lui!

L’UDPS est elle devenue UN PARTI-ETAT? Qu’on nous le dise!!!

Personne ne lui a donc conseillé que la logique aurait été- que les responsables de son parti – convoquent une réunion interne avec les députés concernés et d’en tirer toutes les conséquences à leur niveau?

À la place, il convoque même le Procureur Général de la République près la Cour de Cassation et les responsables de la CENI , alors que les résultats ne sont que provisoires.

Veut-t-il faire annuler ces résultats pour satisfaire ses fanatiques ? Dans ce cas, quel sera alors, la réaction du côté du FCC ?

Que ses militants prennent également la rue tout en troublant l’ordre public jusqu’à aller au palais du peuple ?

Il est inadmissible que le PRÉSIDENT Felix confonde  » l’institution Président de la République » et sa position au sein de son parti politique l’UDPS.

Ce qui s’est passé hier, démontre suffisamment, l’absence de l’autorité de l’État.

Deux mois presque, après sa prise de pouvoir, nous assistons à une  » Désacralisation » de la fonction « Président de la République » , comme le pays ne l’a jamais connue – Le Palais de la nation ou la « Cité de l’OUA:, symboles du « pouvoir suprême » en RDC – au même titre que les Champs Élysées, le Number10 Downstreet , le Kremlin ou la Maison Blanche – sont devenus des lieux de « pèlerinage »- pour toutes revenditions des membres de son parti politique .

Le Président, Entouré des membres de son cabinet – ce qui est un « acte d’État » , ses militants mécontents sont vite reçus par ce dernier- à son lieu de travail et qui fait également office de résidence, la Cité de l’OUA .

Ses militants dénoncent – ce qu’ils considèrent comme des actes de corruption – de la part de leurs élus locaux- ils posent des actes de pillages, ils tuent , ils vandalisent les moyens de transport public, des véhicules et batiments privés, y compris le siège de la ligue des jeunes du PPRD !

Et comme récompense – le Président de la République, s’empresse de les recevoir.

À l’issue de la rencontre – un communiqué de la Présidence de la République – sans entête officielle-et signé par son Dircab est rendu public – faisant état de la convocation de la  » fameuse réunion inter-institutionnelle » – un antécédent fâcheux , en ce qui concerne la conduite des affaires au sommet de l’État.

Si les voix ne se lèvent pas, le pays sera pris en otage par ces militants d’un autre type. Les sciences politiques ne nous renseignent-t-elles pas, que c’est le leader politique qui tire ses militants – « la base  » – vers le haut et les conduit selon sa vision ? –  » TO LEAD »- et non le contraire. C’est à cela , que nous assistons malheureusement.

Guy MOMAT

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*