Accueil » ACTUALITÉS AFRIQUE » Patrick Mbeko – Ce que je craignais vient de se réaliser : L’État islamique aux portes de la RD Congo ?

Patrick Mbeko – Ce que je craignais vient de se réaliser : L’État islamique aux portes de la RD Congo ?

A propos de l’Etat islamique en RDC, un post de Patrick Mbeko:

Ce que je craignais vient de se réaliser : L’État islamique aux portes de la RD Congo ?

Il y a de cela cinq jours, j’ai attiré l’attention des Congolais et de mes lecteurs sur le danger que Félix Tshisekedi fait courir à la RD Congo en s’associant aux Américains dans leur lutte contre le groupe État islamique. J’ai fait remarquer que le « président » congolais exposait inutilement le pays et la population congolaise à la menace islamiste. Ce je craignais est bel et bien arrivé.

En effet, selon des médias américains, le groupe État islamique, via son agence de propagande Amaq, aurait revendiqué sa toute première attaque en RDC, attaque qui aurait visé l’armée congolaise non loin de la frontière ougandaise. Voilà ce qui arrive quand un pays est dirigé par des inconscients et des « sans-desseins », pour reprendre une expression à la mode au Québec.

Félix Thsisekedi n’est pas une mauvaise personne. Même s’il est arrivé au pouvoir dans des conditions calamiteuses, je suis persuadé qu’il est animé de meilleures intentions pour le pays. Cependant, les bonnes intentions, seules, ne suffisent pas pour sortir un pays comme le Congo de sa calamiteuse situation.

Félix est otage de son ignorance, et il a le malheur d’être très mal entouré. C’est cette ignorance qui lui a fait dire et faire n’importe quoi au Rwanda, au Kenya et aux États-Unis. C’est cette ignorance, doublée d’une absence totale d’intelligence politique et stratégique, qui fait de lui, malgré lui, un dirigeant foncièrement dangereux pour le pays. En fait, Félix Tshisekedi est une bombe à fragmentation qui s’ignore.

Sa décision d’engager le Congo dans la guerre contre l’État islamique aura sûrement des répercussions négatives; elle risque d’embarquer le pays tout entier dans un cycle de déstabilisation d’un genre nouveau. La violence ne toucherait pas que le Kivu ou certains coins «reculés» du pays. Les barbus pourraient en effet frapper partout, dans toutes les provinces. Imaginons les dégâts humains et matériels qu’un attentat terroriste pourrait causer au Grand marché de Kinshasa, par exemple…

L’est du Congo n’est même pas encore pacifié que Félix Tshisekedi engage le pays sur une voie extrêmement dangereuse. La revendication de l’État islamique devrait inquiéter autant les Congolais que le reste de la région des Grands Lacs. Car elle est révélatrice d’une « stratégie du chaos » en gestation qui ne dit pas son nom. Stratégie qui pourrait combiner attentats terroristes, instrumentalisation de l’islamisme radical et militarisation à outrance d’une Afrique centrale riche, où se déploient à bas bruit la Russie et la Chine.

Certains think tank américains ont déjà commencé à conditionner les cœurs et les esprits en répandant l’information selon laquelle des membres de l’État islamique auraient infiltré les sinistres ADF-Nalu. Et comme le hasard sait bien faire les choses, un responsable de l’AFRICOM (le commandement militaire US pour l’Afrique) doit se rendre à Kinshasa dans les prochains jours pour discuter avec Félix Tshisekedi de la menace islamiste. Ne soyons donc pas surpris si l’AFRICOM implante ses griffes en RDC.

Avec un président comme Félix Tshisekedi, qui ne comprend ni ne maîtrise les enjeux en présence, c’est tout le Congo qui va devenir le terrain de jeu des Américains et de leurs alliés.

Bref. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la rencontre de Tshisekedi fils avec les responsables du département d’État et de la CIA semble porter fruit. Peut-être qu’il a été séduit par la patronne de la CIA, Gina Haspel, qu’il a rencontré à Washington. Qui sait ?

Croisons les doigts en espérant que la population congolaise ne paiera pas encore une fois un lourd tribut à cause des décisions irresponsables et irréfléchies de ses dirigeants..

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*